Cette fois ce n’était pas un meeting ordinaire (s’il en existe) mais LE MEETING. Il faut dire qu’à la lecture de l’énoncé – 11 ans le retour – nous avions à faire à la sommité des organisateurs. Rendez-vous pris le samedi matin sur une aire de parking. Les voitures sont alignées prêtes pour le show. De bisous en bisous, l’équipe se constitue et de nouvelles connaissances font leur apparition. Collage des stickers attribués à l’évènement et départ pour le lieu désigné en bord de mer afin d’entrer dans le vif du sujet. Présentation du planning et roadbook par notre hôte. Pas un mot prononcé qui ne fut à bon escient, pas une ligne écrite matière à caution : La totale quoi. Perfectionniste l’organisateur, peut être… mais efficace. Le temps clément laisse présager une agréable journée.

Start ! De virages en lignes droites le tout dans un paysage magnifique un arrêt se profile. Café, thé, chocolat, ou autre, promenade et photos au bord de mer pour souvenirs à graver. Fini la pause, en voiture et sus aux bisons.

Midi et à destination changement d’ambiance, nous abandonnons l’asphalte pour une planète à découvrir : REVE DE BISONS qu’ils disent n’en déplaise aux quadrupèdes qui font l’entrée et le plat de résistance au menu. Tout est bon dans le bison mais cela on ne le saura que plus tard. Plus tard car en guise de sieste coutumière, Papi se l’ai vu substituer à une leçon de choses dans un tepee en compagnie des amis. Quand je pense qu’il m’a fallu attendre 70 ans pour tout connaître sur la vie des indiens confirme le dicton « tout vient à point qui sait attendre ». Extraordinaire narration des coutumes, activités et vie courante de ces indigènes par un animateur hors pair et passionné avec la collaboration spontanée de participants dans un souci de véracité.  S’en ai suivi un temps libre que certains d’entre nous ont mis à profit pour en rajouter une couche, de bisons, par le biais d’une visite guidée, motorisée, commentée dans les pâturages du domaine. Tout a commencé par un festival d’ornières et des chemins impraticables dont mon fessier se souviendra longtemps à bord de ces véhicules à tout faire. De bisons en bisons via les biches, deux heures d’un spectacle dont on ne peut se lasser et qui, par la magie du narrateur, nous instruit et émerveille. Ps : La touffe de bison n’est pas un magma laineux arraché à grands cris des parties intimes de la bête, ou autre bipède, mais un morceau du pelage utilisé comme préservatif. Je le sais, j’y étais.

           

Retour au point de départ matinal pour un brin de toilette et rendez-vous donné à ‘LA PRESIDENCE’ hôtel Mercure face à la mer. Déjà 23h30. Dodo. Branle-bas le dimanche à 9h30. Roadbook et départs différés cette fois. La grisaille nous accompagne mais le moral intact effectuons le parcours sans une encombre.  Repas convivial suivi du Quiz de tous les dangers. Heureux gagnants et pour les autres le plaisir de participer. Dernier repas à l’Auberge des Trois Jardins et hasard de la table à ses extrémités, je me trouve en vis à vis avec Sofia. Je vous laisse conclure. Un mot du président, émotion réelle de l’organisateur Michel qui nous a procuré ces deux jours si agréables nous laissant un souvenir inoubliable. « Merci à lui ». Aux revoir mutuels et au prochain meeting.

Meeting Normandie, Rêve de bisons from Ani on Vimeo.

FacebookTwitterGoogle+Partager